La surexposition des enfants aux écrans

En bref

Dans le monde de la technologie, on parle de Steve Jobs comme d’un personnage sacré, une sorte de Jésus Christ du monde informatique ! Steve Jobs demandait à ses propres enfants de ne pas utiliser les tablettes ou les téléphones portables à la maison.

Si l’ancien directeur de la firme à la pomme se montrait si réticent à ce que ses enfants n’utilisent pas ces outils, c’est qu’il comprenait parfaitement leur pouvoir addictif. Mais devons-nous suivre les recommandations du grand gourou ? Limiter la durée d’exposition aux écrans semble assez évident et pourtant, cette recommandation cache un problème de société bien plus inquiétant… C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article.

Les écrans, c’est quoi ?

Quand on parle d’écrans, on parle des écrans d’ordinateurs, des écrans de smartphones ou encore des écrans des tablettes tactiles.

Nous travaillons avec des écrans au quotidien

Avant les années 2000, on savait facilement fermer la porte du bureau et laisser l’ordinateur sur notre table de travail. En rentrant à la maison, on se retrouvait pleinement dans la vie réelle. Aujourd’hui, notre vie professionnelle nous suit à travers les emails et les notifications de nos smartphones.

Alors qu’on utilise les smartphones et les tablettes à la maison, la curiosité pousse les enfants à tester ce nouveau jouet. Puis la découverte des jeux les enferme progressivement dans une addiction dont ils auront toutes les peines à se sortir.

Mais que font les parents ?

Face au pouvoir addictif des écrans, on a deux alternatives extrêmes. La première consiste à laisser les enfants faire ce que bon leur semble. C’est le principe de la liberté de choix. Les partisans de la deuxième alternative, tels que le défunt dirigeant d’Apple, imposent des limites plus ou moins strictes. Certains parents choisissent certaines heures, d’autres interdisent complètement l’utilisation des tablettes et des smartphones.

On observe également un comportement qui laisse entrevoir une difficulté de notre société. Certains parents interdisent en partie l’usage des tablettes, mais laissent l’enfant l’utiliser s’ils ont besoin d’un temps libre ou si l’enfant commence à faire un caprice. Il s’agit d’une situation en « entre deux » qui ne permet pas aux enfants de se faire une idée claire de la voie à suivre. La position d’autorité des parents manque de clarté.

Il y a encore quelques décennies, les parents imposaient leur autorité. Aujourd’hui, on a l’impression que les enfants gagnent progressivement du terrain dans le rapport de force. Les parents se laissent amadouer par leurs bambins. Et ce rapport de force au sein du cercle familial semble s’étendre à la vie en société lorsque les enfants deviennent eux même des adultes. Ils considèrent leur pouvoir comme un acquis qu’ils peuvent faire valoir en société. Il suffit de lire les quotidiens pour constater le nombre impressionnant de cas de non respect des représentants de l’autorité publique.

Mon avis

Pour ma part, je ne vois ici qu’un symptôme de notre recherche de liberté. Nous considérons notre temps comme l’élément le plus important de notre existence et lorsqu’on laisse les enfants jouer sur les tablettes, on s’achète un moment de liberté. L’encouragement à la liberté absolue conduit à l’individualisation des familles. Les parents absorbés par leurs activités personnelles et les enfants coincés dans un monde numérique, les moments où l’on se retrouve se raréfient.

Si cet argument présente la face la plus négative des écrans, je tiens toutefois à souligner que nombre de parents ont assimilé cette nouveauté technologique en allant chercher sur le web, des activités à faire avec les enfants à la maison.

Et toi, quel est ton avis sur la question des tablettes ?

Vous avez pris plaisir à découvrir cet article ? Partagez-la sur vos réseaux sociaux. Merci à vous !


Cours disponibles