C'est quoi le réchauffement climatique ?

En bref

Depuis les années 70, le monde scientifique alerte sur les difficultés auxquelles le monde va être confronté face au dérèglement climatique provoqué par les émissions de gaz à effet de serre.

Le réchauffement climatique est un phénomène de montée des températures à l’échelle du globe. Cette augmentation générale aura a terme des conséquences non négligeables sur l’écosystème qui nous entoure et serait de nature à remettre en question le principe de la vie humaine dans les conditions que nous connaissons aujourd’hui.

La grande question n’est pas de savoir ce qu’il y a lieu de faire, mais plutôt de savoir si nous serons capable de travailler main dans la main afin de résoudre le plus grand défi auquel l’humanité devra faire face dans les prochaines décennies.

Historique

Dans les années 70, les scientifiques ont commencé à repérer les problèmes liés à l’activité humaine et reposant sur les écosystèmes naturels. On parlait déjà de la pollution de la mer, de la perte des espaces naturels et aussi d’un phénomène que l’on désignait par « réchauffement climatique». Les scientifiques et principalement les météorologues ont mis en évidence une montée inquiétante des températures moyennes sur l’ensemble du globe depuis plusieurs décennies.

Une température qui monte, mais de combien de degrés ?

Les scientifiques ont déjà fait mention d’une augmentation moyenne de 0,5 degrés Celsius entre les années 50 et aujourd’hui. Cela peut paraître dérisoire, mais l’augmentation tend à s’accélérer depuis les dernières décennies et on estime qu’au delà de deux degrés d’augmentation, le climat serait si chaud qu’une moitié de la surface de la planète serait impropre à la vie humaine. De nombreuses régions du globe n’auraient plus aucune précipitations et se transformeraient en zones désertiques. Les habitants de ces régions n’auraient d’autres choix que de regagner des régions plus favorables pour la vie.

Et pourquoi ça monte ?

Les scientifiques du GIEC ont parfaitement établi que le phénomène de la montée des températures est dû à un mécanisme assez simple : l’effet de serre. Quand on parle de réchauffement climatique, on est obligé d’évoquer ce processus. L’effet de serre, c’est quand la chaleur du soleil est emprisonnée en trop grande quantité dans une couche de gaz qui l’empêche de repartir dans l’espace. C’est exactement ce principe que l’on utilise dans l’agriculture pour faire pousser des fruits ou des légumes plus rapidement.

On associe assez facilement l’effet de serre avec l’émission d’un gaz opacifiant qui stagne dans l’atmosphère terrestre, le dioxyde de carbone (CO2). À la manière d’une serre agricole, le dioxyde de carbone empêche les rayons solaires de repartir vers l’espace. Ce phénomène participe en grande partie au réchauffement climatique.

D’où vient ce dioxyde de carbone ?

Nous le produisons en grande quantité lors de la combustion de substances fossiles : le pétrole et le charbon. Le pétrole est essentiellement utilisé dans le transport de personnes et de marchandises. Le charbon est quant à lui utilisé dans la production d’électricité.

Notre écosystème naturel, forêts et océans, constitue un puit à carbone. Cela signifie que les arbres et les étendues d’eau ont la capacité d’absorber du dioxyde de carbone. Mais cette capacité est largement inférieure aux émissions actuelles de CO2. Ce qui entraine que chaque année, le volume de gaz carbonique contenu dans l’atmosphère terrestre augmente.

La problématique

Il est avéré que l’activité humaine, dans son ensemble, participe au réchauffement climatique. C’est l’addition de l’activité quotidienne de chacun, avec notamment les déplacements et l’utilisation de l’électricité, qui contribue à ce phénomène. Alors que tout le monde semble impliqué dans cette problématique de réchauffement global, quelle serait selon-vous la méthode à suivre pour faire diminuer la contribution de l’être humain sur l’effet de serre ?

Mon avis

Renverser la tendance haussière de la température passe par la diminution du volume de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Diminuer le volume de CO2 passe par une baisse de la consommation de pétrole et de charbon au quotidien. En d’autres termes, si l’on se déplace moins et si l’on consomme moins d’électricité, on serait capable d’inverser la tendance.

Alors que ce problème touche l’intégralité de l’humanité, il y a lieu d’informer et d’expliquer les tenants et aboutissants du problème. Quand on sait que le tabac peut tuer, on réfléchit à deux fois avant de fumer.

Ensuite, lorsqu’on a mené le problème, ses causes et ses conséquences à la portée du grand public, on peut passer à l’élaboration d’un plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cela devrait passer par une forte réglementation, mais aussi par un changement de nos comportements individuels. On bannira sans doute certaines traditions telles qu’acheter des véhicules gourmands en énergie pour se faire valoir dans la société. On privilégiera au contraire certains rituels qui consistent à partager l’utilisation de l’énergie, comme le regroupement dans des espaces communs pour profiter de la climatisation et du chauffage par exemple. On peut encore proposer le partage généralisés des moyens de transport. D’une manière générale, tout ce qui contribue à diminuer la consommation du pétrole et du charbon favorisera cet objectif global.

Ce plan semble possible sur le papier, mais il se heurtera à un écueil considérable. L’abandon des traditions les plus polluantes par la société de consommation ne se fera pas dans la plus grande simplicité. Même si l’on ne parle pas encore de chiffres à l’heure actuelle, il est peu probable que la majorité de la population accepte de limiter sa consommation de télé, de lumière, de climatisation, de déplacements et de tout ce qui nous permet de penser que notre liberté est sans limites dans notre société moderne…



Vous avez pris plaisir à découvrir cet article ? Partagez-la sur vos réseaux sociaux. Merci à vous !


Cours disponibles