Les déterminants


Généralités


Tout d'abord, on se rappelle que le déterminant fonctionne avec un nom. Ils font tous les deux partie d'un groupe qui s'appelle le groupe nominal. Dans presque tous les cas, si j'ai un nom, j'ai aussi un déterminant.




Ensuite, on se souvient que le nom varie en genre ( / ) et en nombre ( / ). Le déterminant varie avec le nom.

Ainsi, si l'un est masculin/singulier, l'autre est impérativement masculin/singulier.



Si l'un est féminin/singulier, alors l'autre est féminin/singulier.



Ou encore, si l'un est masculin/pluriel, l'autre est masculin/pluriel.



Et enfin, si l'un est féminin/pluriel, l'autre est féminin/pluriel, etc...



C'est un peu redondant, je vous l'accorde... Toutefois, comme on peut le voir sur le tableau général (cliquez ici), pour chaque type de déterminant, il n'existe que trois formes : masculin, féminin, pluriel. Ce dernier ayant la même forme pour le féminin et le masculin.

On va maintenant aborder les différents types de déterminants.




L'indéfini : un - une - des




Regardez bien le petit dessin : il y a cinq boules blanches identiques. On en choisi une arbitrairement. Ca aurait pu être n'importe laquelle car on ne donne aucune explication spécifique.


Si je vous dis :

"Il y a un chat sur le mur."

Vous ne savez pas de quel chat il s'agit. Est-ce le chat de la voisine ? Mon chat ? Un chat qui vient d'ailleurs ? Vous ne savez pas ! En tous cas, c'est un chat parmi l'ensemble de tous les chats de la planète. On ajoutera qu'au moment où je dis cette phrase, moi non plus, je ne connais pas ce chat.


"Il y a des bonbons sur la table."

Combien de bonbons ? On ne sait pas. Quelles sortes de bonbons ? On ne sait pas. On sait juste que ce ne sont pas des gâteaux ou autre chose. C'est un ensemble indéfini de bonbons

On retient :

fleche francegoUne ou plusieurs choses parmi d'autres
fleche francegoPas d'indications spécifiques


La question piège :

Oui mais attends, tu dis qu'il n'y a pas d'indications précises et pourtant je peux dire :

"Il y a des bonbons blancs avec des rayures rouges et qui ont un parfum de fraise."

C'est plutôt précis et pourtant j'utilise l'indéfini "des". Pourquoi ?




Effectivement, c'est très précis.
"Des bonbons" est un groupe de bonbons dans un ensemble de bonbons possible. Sans indications, les bonbons possibles sont tous les bonbons possibles de la planète.
Les précisions que tu donnes ne définissent que mieux l'ensemble des bonbons possibles.
Regarde bien !
Dans mon exemple, on avait un ensemble indéfini de bonbons appartenant à l'ensemble des bonbons de la planète.

Il y a des bonbons :


Dans ton exemple, on aura un ensemble indéfini de bonbons appartenant à l'ensemble des bonbons blancs à rayures rouges et qui ont un parfum de fraise. Les possibles sont moins nombreux dans ton exemple.

Il y a des bonbons blancs avec des rayures rouges qui ont un parfum de fraise :


Cas particulier :

"un", "une", "des" deviennent "de" au négatif.

"Tu as un stylo ? fleche francego Non, je n'ai pas de stylo."




Le défini : le / l' - la - les




Contrairement à l'indéfini, le défini est précis. Vous comme moi connaissons précisément l'identité de ce dont on parle.



"Le chat de la voisine dort sur le mur."

Aucun doute possible. Même si vous n'avez jamais vu ce chat, vous savez que c'est celui de la voisine. Je vous ai donné suffisamment d'explications pour pouvoir distinguer ce chat parmi l'ensemble de tous les chats de la planète. Il a donc des caractéristiques uniques.
Notre petit dessin représente une boule noire parmi des blanches. C'est la seule qui a des caractéristiques qui la rendent unique.



"Les bonbons que j'ai achetés ce matin sont sur la table."

Ici encore, il ne s'agit pas de n'importe quels bonbons, c'est l'ensemble complet des bonbons que j'ai achetés ce matin. J'ai spécifié ce que je désignais et vous êtes capable de faire la différence entre ces bonbons et d'autres bonbons.


On retient :

fleche francegoUne chose ou plusieurs choses ayant des caractéristiques uniques.
fleche francegoSi c'est un ensemble, il répond dans son intégralité à ces caractéristiques.


Cas particulier :

1- "Le" devient "L'" devant une voyelle ou un "h".

Le chat fleche francego L'animal

2- "Le" ou "la" peut évoquer l'ensemble d'une catégorie. On dit aussi le cas général.

"Le chat est un animal à poils doux."

Il s'agit de la catégorie générale de tous les chats de la planète.





Le désigné : ce / cet - cette - ces




Le désigné a deux possibilités d'emploi.


1- Je montre quelque chose ou quelqu'un.


"Ce livre est intéressant."

D'abord le livre est non spécifique. Il devient spécifique et unique dès lors que je le désigne.


"Ces filles ont des livres."

Ce sont les filles que je montre qui ont des livres. Pas les autres.


On retient :

fleche francegoOn doit désigner
fleche francegoC'est seulement parce qu'on la désigne que la chose devient unique.



2- Je désigne ce que le contexte permet de comprendre.


"Le chat de la voisine dort sur le mur. Ce chat dort toute la journée."

Dans la première phrase, on parle du chat de la voisine. C'est la première fois dont on parle de lui. Par contre, dans ma deuxième phrase, je désigne forcément le chat dont je viens de parler.


Vous et moi buvons un café et je dis :

"Ce café est délicieux."

Je n'ai rien dit avant, mais forcément, je désigne le café que l'on est en train de boire.


On retient :

fleche francegoLe contexte permet de comprendre de quoi il s'agit précisément.


Cas particulier :

"Ce" devient "Cet" devant une voyelle ou un "h"

Le téléphone -> Cet enfant -> Cet hôtel



Le possessif : mon ma mes ...




La culture méditerranéenne se base sur une société très individualiste. Le fait de posséder quelque chose permet de distinguer les individus entre eux.
En français, je peux posséder des biens matériels comme une voiture, une maison, des stylos, mais aussi des concepts comme une famille, un travail, des cours de français... La langue représente ces titres de propriété et crée un lien entre l'objet et son possesseur. Notre dessin de la main tenant un objet précis représente cette possession.


"J'utilise mon stylo."

C'est le stylo que j'ai acheté. Il est à moi et à personne d'autre.


"J'utilise ton stylo."

C'est le stylo que tu as acheté. Il est à toi. Et même si je l'utilise un instant, il t'appartient toujours et on peut le préciser lorsqu'on parle.


"Je vais à mon cours d'anglais."

Bien sûr, le cours ne m'appartient pas. En tous cas, je sais que vous n'êtes pas à ce cours et c'est ce qui me distingue de vous ! Il y a un lien qui existe entre le cours et moi.


"Je lis mon livre."

Je n'ai probablement pas écrit ce livre et je ne l'ai peut être même pas acheté, mais je le lis et c'est un lien qui existe entre ce livre et moi.


"Je lis votre livre."

Si vous n'avez pas écrit ce livre, vous l'avez certainement lu avant moi et c'est ce lien qui existe entre le livre et vous.


Amusant non?


Comme tous les déterminants, le possessif varie en genre et en nombre. Cependant attention, il varie aussi en fonction du possesseur. Regardez bien le tableau général ici.


On retient :

fleche francegoLe possessif représente un lien entre un objet et un possesseur
fleche francegoIl varie selon le possesseur




La quantité : du - de la




Dans les précédents exemples, on était toujours capable de compter les choses une par une. Même dans "des bonbons", on ne connait pas le nombre exact, mais on serait tout à fait capable de compter un par un les bonbons.
En revanche, dans le cas d'une boisson, on ne peut normalement pas séparer la boisson pour la compter.
"Je bois du vin".
"Je mange du pain".
"J'achète de la farine".

On n'a pas la capacité de compter précisément le vin, le pain ou la farine. Il s'agit de quantités non comptables.


On retient :

fleche francegoIl ne s'agit pas d'un ensemble d'éléments comptables.
fleche francegoLa quantité est indéfinie.


La question piège :

Pourquoi il n'y a pas de quantité au pluriel ?
(Cf: le tableau général des déterminants.)




Plusieurs quantités deviennent un ensemble de choses qu'on peut compter une par une.

"Il y a des vins sur la table."

Les quantités de vins sont indéfinies. On ne connait pas les sortes de vins ni le nombre exact, mais on peut les séparer et les compter un par un. On retombe donc dans l'indéfini "des".



J'ai juste une dernière question !

Dites voir m'sieur ! J'ai bien compris votre démonstration pour les déterminants, mais voilà, il y a une chose qui me chagrine. Une toute petite chose, mais c'est un point que vous n'avez pas évoqué. Et vous voyez, ma femme me dit toujours que je ne suis pas assez organisé et elle me demande de faire attention aux moindres détails. Vous connaissez comment sont les femmes... Alors je me permets de vous poser cette question :
Que se passe t-il dans le cas d'un nom propre ? Vous savez, comme le nom d'une personne ou d'une ville par exemple. J'aurais voulu recueillir votre avis à ce sujet.




Bonjour Inspecteur ! Vous êtes toujours aussi tatillon...
Mais votre question est intéressante. Dans le cas d'un nom propre, comme le prénom d'une personne, le nom d'une ville, d'un jour de la semaine, d'un mois, on ne met pas de déterminant.


"Maurice achète du pain."
"Paris est une ville française."
"Janvier est le premier mois de l'année."

Comme toujours en français, il y a des exceptions, et les noms de pays en font partie : La France. Le Japon. Les États Unis...
Il existe encore d'autres cas où on perd le déterminant, mais on le verra dans le cours sur le groupe nominal.


Vous avez pris plaisir à découvrir cette nouvelle ? Partagez-la sur vos réseaux sociaux. Merci à vous !


Cours disponibles