La politique britannique à l’épreuve du Brexit
La politique britannique à l’épreuve du Brexit

La politique britannique à l’épreuve du Brexit


L’actualité de Luqei La politique britannique à l’épreuve du Brexit

Le Brexit semble bien connu de tous les citoyens européens à l’heure actuelle. Nommé pour la première fois en 2016, il est resté l’un des phénomènes à la fois attendu et redouté en 2020. À la fin de l’année, c’est enfin chose faite, ou du moins acte signé. Mais que signifie-t-il et qu’implique réellement cet accord aux yeux de l’Union européenne, mais surtout de la Grande Bretagne dès le 1er janvier 2021 ? Retour sur la politique britannique et les conséquences sur l’institution européenne.


L’accord du Brexit post référendum : quels arguments pour quels résultats escomptés ?

Le 23 juin 2016, à la suite d’un référendum, la population britannique affirme son souhait de sortir de l’Union européenne. Les citoyens votent à 51,9% une volonté sans équivoque de quitter cette institution internationale. Dès lors, l’article 50 du Traité de l’Union européenne est enclenché par le Gouvernement britannique. Il s’agit d’une procédure de retrait de l’Union européenne, demandée par les hautes autorités le 29 mars 2017.

Au niveau de la volonté de la Grande-Bretagne, les arguments semblent nombreux, mais surtout, contradictoires. Si l’ancien Premier Ministre David Cameron préférait suivre le mouvement du Britain Stronger in Europe, c’est-à-dire le fait de rester au sein de l’Union européenne. Malgré tout, il a favorisé le choix des citoyens, les premiers concernés par la vie dans cette institution.

Ce que défendent les pro Brexit repose sur une volonté d’indépendance du pays face à la rigueur de l’Union européenne. En effet, en adhérant à cette union, les pays membres donnent une partie de leur légitimité à celle-ci. Par exemple, les États doivent respecter un certain sens de la justice : interdiction de la peine de mort, limitation de la prison à vie etc. Bien entendu, la Grande-Bretagne ne remet nullement en question les droits de l’Homme en partant de l’Union européenne. En revanche, ils estiment devoir gérer leur politique comme ils l’entendent, et non se restreindre à un ensemble de décisions interétatiques.


Les conséquences du départ de la Grande-Bretagne par le Brexit le 1er janvier 2021

La phase de transition de ce départ ne s’est pas fait du jour au lendemain. Commencée début 2020 elle s’achèvera le 31 décembre dernier de cette même année. Par ce Brexit, la Grande-Bretagne retrouve son entière légitimité dans sa politique gouvernementale. En revanche, elle n’a plus accès, par exemple, au marché intérieur, ou encore à l’Union douanière. Pour permettre un retrait de la Grande-Bretagne en bonne et due forme, les membres de l’Union européenne ont dû réfléchir à un accord de retrait abordant différents domaines. Entre autres, il a fallu penser aux droits des citoyens, aux questions de séparation, aux divers marchés commerciaux et économiques en cours.



Le départ de la Grande-Bretagne n’influence pas sa monnaie, puisque cette puissance étatique n’a jamais détenu l’Euro. Par contre, la libre circulation des citoyens va connaître un véritable changement. Il faudra donc un passeport aux Français pour espérer rejoindre ce territoire, contre une simple présentation de la Carte Nationale d’Identité avant le 1er janvier 2021. De plus, les britanniques ont pensé à un mode de fonctionnement intéressant afin de délivrer des visas aux étrangers. Celui-ci répond à un système à points. Ainsi, les étrangers souhaitant obtenir un visa de séjour doivent remplir plusieurs conditions les amenant à un total de points dont le seuil minimum est de 70. Ces critères concernent la langue, rapportant 10 points en fonction du niveau du demandeur ou encore l’obtention d’un emploi rémunérant un minimum de 23 000 euros annuels.


La Grande-Bretagne, un futur partenaire de l’Union européenne ?

Pour garder des relations pérennes entre ce territoire et l’institution interétatique qu’est l’Union européenne, la Grande-Bretagne a tout intérêt à garde un contact privilégié et solide envers ses nouveaux voisins européens. En effet, passer de membre à part entière à partenaire peut être une bonne initiative de la part des hautes autorités britanniques. Dès lors, plusieurs partenariats vont être discutés au fur et à mesure de l’avancée de la Grande-Bretagne vers son indépendance totale. Ces négociations futures doivent être menées à bien afin de conserver une relation sereine et avantageuse entre l’Union européenne et cet État sortant.

Il ne reste plus qu’à attendre la décision des États membres de l’Union européenne pour conclure la situation du cas de l’Irlande, en attente de réponses concernant son statut post-Brexit.


Vocabulaire :

Institution : ensemble de pays membre d’un même réseau, comme l’UE, l’ASEAN etc.
Référendum : question posée directement aux citoyens d’un pays ayant pour réponse de vote « oui » ou « non ».
Procédure : règles à respecter pour mener à bien un projet.
Exemple : la procédure de licenciement d’un employé doit suivre des règles strictes.
Contradictoires : allant dans le sens contraire.
Exemple : Tes arguments sont contradictoires, ils disent une chose et son contraire.
Légitimité : qualité de ce qui est juste, équitable.
Exemple : L’Union européenne ne reconnait pas la légitimité de la peine de mort sur son territoire.
Décisions interétatiques : Décisions entre les États.
Phase de transition : période durant laquelle on passe d’un statut à un autre.
Exemple : Il faut respecter une phase de transition pour l’enfant quand celui-ci change d’école.
Seuil minimum : le minimum à atteindre dans un domaine.
Relations pérennes : des relations calmes et diplomatiques, qui n’emmènent à aucun litige ou conflit.
Partenariats : accords entre deux ou plusieurs parties amenant à des avantages pour tous dans un domaine.
Exemple : Microsoft a convenu d’un partenariat économique avec IBM. Le premier établissant le système d’exploitation des ordinateurs du second.
...

Pour accéder à la suite de l'analyse et au vocabulaire, il suffit de t'inscrire gratuitement.



Cours disponibles