La gestion de crise du Coronavirus à la suédoise
La gestion de crise du Coronavirus à la suédoise

La gestion de crise du Coronavirus à la suédoise


Si la pandémie du Covid-19 date à présent d’un an, elle ne semble pas vouloir s’arrêter. Parti de la Chine en décembre dernier, le nouveau virus fait parler de lui dans le monde entier. Aucun continent ne semble épargné par la maladie se propageant d’une manière incontrôlable. Chaque État a donc mis en œuvre sa propre politique sanitaire en fonction de ses moyens, de ses chiffres et surtout de la volonté de ses citoyens. Par exemple, l’Italie, l’Espagne et la France, trois pays d’Europe de l’Ouest, ont choisi un confinement strict pour ses habitants. De cette manière, les Gouvernements espéraient pouvoir maîtriser les hospitalisations. Ils avaient pour objectif de faire baisser le nombre de lits occupés par des malades atteints du coronavirus.

Au niveau du Nord de l’Europe, la politique semble bien différente. En l’espèce, la Suède a décidé de ne pas se soumettre au couvre-feu ou à un quelconque confinement. Comptant sur l’immunité générale et la bienveillance de ses citoyens pour répondre aux gestes barrières sans pour autant mettre en place un contexte sanitaire défini.


Du côté des politiques suédoises

Alors que la France impose le masque dans l’espace public, la Suède décide de ne rien obliger pour son peuple, l’exception des personnes contaminées, ainsi que les personnes travaillant en milieu médical ou dans les maisons de retraite. En réalité, les politiques sanitaires du pays expliquent cette liberté laissée au peuple de la manière suivante. Pour la Suède, l’efficacité du masque ne donne pas entière satisfaction aux responsables de la santé de l’État. De ce fait, les autorités suédoises ont peur de véhiculer une fausse information de sécurité auprès des citoyens. Selon les mêmes professionnels, obliger le masque sans preuve tangible de sa capacité à barrer la route au Covid pourrait amener les citoyens à délaisser les gestes barrières. Ainsi, pour le peuple, seules deux recommandations doivent être respectées : l’isolement en cas de contamination, et le respect des distances de sécurité et autres manœuvres sanitaires entre les personnes. De plus, depuis le 28 avril, la Suède a mis en place un site internet intuitif pour comprendre les directives du pays et les enjeux de la pandémie du Coronavirus. Au total, la première semaine de lancement des PCR, 3 171 571 personnes ont subi le test Covid pour s’assurer de la présence ou non du virus.


Quels résultats pour la Suède ?

Le pays fait partie des bons élèves en ce qui concerne la première vague du Coronavirus. Du début de l’alerte de la pandémie jusqu’à début novembre, la Suède affiche un taux de malades bien inférieurs à ses voisins européens. Admiré pour sa politique sanitaire et son peuple dévoué au bon sens et à la bienveillance commune, l’État semble devenir un exemple pour l’Union européenne.

La deuxième vague a cependant fait pencher la balance du côté de nouvelles restrictions. Fin octobre, alors que quelques membres de l’Europe ont commencé à reconfiner en vue d’une seconde vague bien plus dévastatrice que la première, la Suède continue sa vision de liberté pour le peuple. Cependant, en pleine deuxième vague de 2020, les résultats tombent. Le 23 décembre, le pays a dépassé la barre des 8000 morts. Triste constat en pleine période de Noël : la Suède n’a pas su tenir un bilan minime des malades et des décès liés au coronavirus. En sommes, le pays est-il passé de premier de la classe à bon dernier ?


Quelles nouvelles directives depuis novembre 2020 ?

La Suède, avant d’en arriver à un taux de mortalité plus élevé qu’à l’origine, a tout de même su prendre des restrictions sanitaires. Bien que le pays soit en faveur d’une liberté du peuple et prône la conscience commune, il devient nécessaire d’appliquer de nouvelles directives afin de limiter l’impact de l’épidémie sur les citoyens suédois.



Ainsi, pour la première fois, la Suède impose depuis fin novembre une limite drastique en termes de rassemblements. Passant de 300 personnes maximums à huit personnes en tout et pour tout, l’État vient d’émettre une première interdiction de rassemblement massif depuis le début de la pandémie. En revanche, seule cette nouvelle directive est obligatoire. Au niveau des autres mesures, elles ont plutôt un effet informatif et comptent sur le bon sens des habitants du royaume pour éviter un nombre de contaminations exponentiel. Dès lors, les magasins, bars et restaurants restent ouverts sans problème en pleine seconde vague. Dans le but de limiter les soirées nocturnes, l’alcool devient interdit à la vente après 22 heures. Enfin, les visites dans les maisons de retraite retrouvent leur interdiction pour protéger les anciens. De plus, jusqu’au nouvel an, les déplacements sont limités, voire interdits vers et depuis certains pays.


Dans le reste du monde

Si la Suède semble réellement laisser une chance aux citoyens de gérer eux-mêmes la pandémie par le bon sens et la bienveillance collective, beaucoup de pays préfèrent gérer au niveau gouvernemental des restrictions plus poussées. C’est le cas ici de la France, totalement opposée à la politique sanitaire suédoise. En effet, le peuple français se voit maintenant dans l’obligation de respecter un couvre-feu et le port strict du masque lors des déplacements à l’extérieur : une différence notable entre deux pays membres de l’Union européenne. Avant cela, la France avait adopté un nouveau confinement pendant quatre semaines pour permettre de limiter le nombre de contaminations, et espérer laisser les Français vivre leur période de Noël. Ainsi, malgré une institution européenne commune entre tous les États, les politiques s’adaptent, ou du moins tentent de s’adapter comme ils peuvent à ce phénomène mondial.


Vocabulaire :

Pandémie : maladie qui s’étend au niveau mondial.
Politique sanitaire : un ensemble de règles décidées par l’État en matière de santé.
Bienveillance : Le fait que les membres d’une même société pensent aux autres et prennent soin de les protéger.
Véhiculer : transmettre une chose ou une idée.
ex : Les animaux véhiculent certains virus.
ex : Les expatriés français véhiculent les valeurs de la France.
Intuitif : qui est très facile à comprendre.
PCR : Polymerase Chain Reaction. Méthode pour détecter le coronavirus en enfonçant un coton-tige dans le nez.
Exponentiel : qui augmente très rapidement et en continu.
Notable : que l’on remarque facilement.

...

Pour accéder à la suite de l'analyse et au vocabulaire, il suffit de t'inscrire gratuitement.



Cours disponibles